Les technologies au service de la vie confinée

La période de confinement que nous venons de traverser aura marqué notre époque. 55 jours sans mouvement, des villes fantômes, des places vidées, des Français cloîtrés chez eux.

Le Grand Confinement de 2020, comme il faut désormais le nommer, a rapidement obligé entreprises et institutions à repenser leur organisation afin de maintenir leur activité tant que faire se peut. Plusieurs avancées dans les domaines des technologies ont été notable, en voici une liste non-exhaustive.

 

« ON SE FAIT UN ZOOM ? »

 

Le dimanche 15 mars, 600 000 personnes ont téléchargé Zoom, ce service de conférence à distance combinant vidéoconférence, réunions en ligne, chat et collaboration mobile. Alors que Zoom comptait 10 millions d’utilisateurs actifs en décembre, elle en comptait 200 millions durant le confinement ! A titre de comparaison, le nombre d’utilisateurs actifs de Skype, son concurrent historique du groupe Microsoft, s’élevait « seulement » à 40 millions.

La vidéoconférence n’est pas apparue durant le confinement mais la facilité proposée par Zoom a su s’imposer face à l’ex-leader du domaine. Zoom est devenu un outil incontournable permettant des échanges plus humains que par téléconférence pour réaliser des réunions mais également des cours de yoga ou de sport à distance.

Est également apparu le terme Skypero, combinaison de « Skype » et « apéro », qualifiant des vidéoconférences entre amis ou en famille où, des deux côtes, les participants prenaient l’apéritif afin de poursuivre un semblant de vie normale.

(C) Getty

Au premier trimestre de 2020, le CA de Zoom a bondi de +169%, s’établissant à plus de 328 millions de dollars et un bénéfice de 27 millions de dollars. Du côté des abonnements payants, leur nombre a cru de 354% comparé à la même période l’an passé !

Zoom est un succès mais le service a du faire face à des accusations de manque de protection des données. Facebook en a profité pour lancer son Messenger Rooms aux fonctionnalités similaires et à l’utilisation simple.

Cette crise sanitaire aura faire apparaître que les GAFAM, regroupement informel des plus grosses sociétés du web, travaillent activement sur l’après afin de faciliter les échanges à distance.. grâce à leurs services.

 

LE VIRTUEL AU SECOURS DE LA CULTURE ET DE L’IMMOBILIER

 

Déplacements interdits, institutions et agences fermées, la culture et le secteur immobilier ont beaucoup souffert du confinement.

Comme nous vous en parlions sur notre page Linkedin, de nombreux musées ont mis à disposition leurs visites virtuelles directement en ligne comme c’est le cas du British Museum de Londres et du musée Grévin à Paris !

(C) Eric Pouhier

Côté immobilier, nous travaillons avec plusieurs agences toulousaines et mandataires indépendants afin de créer les visites virtuelles de leurs biens, maisons ou appartements. Les visites virtuelles haute définition permettent de poursuivre la promotion d’un bien afin qu’il trouve preneur le plus rapidement possible.

Les restrictions sanitaires peuvent inciter les agents immobiliers à diminuer leurs déplacements d’un bien à l’autre. Nos visites virtuelles permettent de garder un bien ouvert à toute heure et de le presenter de la meilleure des manières aux potentiels intéressés.

 

LE E-COMMERCE OU LE NOUVEAU COMMERCE

 

Le confinement ayant fermé la quasi totalité des magasins physiques à l’exception des grandes surfaces et consorts, les consommateurs se sont massivement tournés vers le commerce en ligne.

(C) Wizaplace

Le trafic internet généré vers et à partir des sites internets de la grande distribution a quasiment augmenté de 200% durant les premières semaines du confinement. A l’opposé, le trafic en direction des sites de voyage, de luxe et de mode ont très fortement chuté de 78% pour le premier à 43% et 44% pour les deux autres.

Le commerce en ligne est apparu comme essentiel afin de palier au manque de certains produits spécifiques introuvables en magasin. D’après un sondage YouGov, 20% des sondés déclarent avoir acheté en ligne une nouvelle catégorie de produit et 30% déclarent avoir davantage acheté sur internet.

Cependant, plus d’un français sur deux expliquent avoir subi des difficultés dans la réalisation de son achat. Il apparait comme essentiel de développer l’expérience client afin d’améliorer le taux de conversion et, ainsi, le montant moyen dépensé par visite.

Visit Digital s’y intéresse de près et nous vous en parlerons en temps voulu.. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *